Comme un clin d’oeil à sa silhouette, Slim Paul porte son nom en hommage aux bluesmen des années 30. Après avoir annoncé son désir d’arrêter Scarecrow the Blueshiphop, il part seul à New York, guitare sous le bras, pour se poser et prendre le temps de découvrir le monde musical de la grosse pomme.
Il y écrit son troisième EP, No Yet Man, résolument blues qu’il enregistre dès son retour en France.
Il ramène, surtout, toute la trame de son premier album, DEAD ALREADY.

Certainement déjà mort
Comme si tous les concerts, toutes les sessions d’enregistrements, toutes les jams, chaque heure de route, chaque peine de coeur et chaque soucis d’argent, les coups de foudre comme les grandes passions, avaient menés Slim Paul à cet album.
Une petite mort pour un nouveau voyage.

https://www.slimpaul.com

A voir également

Pas de commentaire pour le moment, vous pouvez ajouter le votre !


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *